Michel Tabachnik et l’Ascension de l’Alpensinfonie

Office Tabachnik 22 novembre 2013 Commentaires fermés

S’inscrivant dans le cycle Montagnes de la Cité de la Musique, les deux prochains concerts de Michel Tabachnik (Samedi 23 novembre à Brugges et dimanche 1er décembre à la Cité de la Musique à Paris) réuniront L’ascension de Olivier Messiaen et l’Alpensinfonie de Richard Strauss.

Michel Tabachnik et l'Ascension de l'Alpensinfonie

La première œuvre de ce programme, L’ascension a été composée entre 1932 et 1933 par le tout jeune Olivier Messiaen. Créées à Paris en 1934 par Robert Siohan, ces quatre méditations symphoniques pour orchestre illustre donc le thème de manière symbolique, puisqu’il s’agit ici bien sûr de l’ascension de Jésus Christ vers son père.

Chrétien convaincu, Olivier Messiaen revendique le fait d’écrire des oeuvres musicales religieuses, mais s’écarte cependant de ce que certaines personnes s’imaginent au sujet de cette musique. Il précisera lui-même à leur propos que  » Ces gens (…) attendaient de moi une musique douceâtre, vaguement mystique et surtout soporifique. En tant qu’organiste j’ai le devoir de commenter les textes propres à l’Office du jour. Ces textes exaltent des vérités très différentes expriment des sentiments très différents et suscitent des grâces très différentes, suivant la couleur spéciale du temps dont l’Office fait partie. Prenons simplement le Psautier : croyez-vous que le psaume dise des choses vagues et douceâtres? Le psaume hurle, gémit, rugit, supplie, exulte et jubile tour à tour. »1

Cette indépendance par rapport à une certaine idée de ce que serait la musique religieuse a d’ailleurs fait dire au critique Claude Samuel que « Dans la foi sincère de Messiaen, il entre incontestablement une part de poésie et un goût inné pour le merveilleux, poésie et merveilleux qui ne sont d’ailleurs pas en contradiction avec l’esprit de la religion catholique. »2 même s’ils sont parfois jugés surprenants par certains. Il reste que dans cette Ascension, les futures audaces du Messiaen de l’après-guerre s’inscrivent encore dans la tradition d’alors et bien loin, par exemple, de celles des Oiseaux exotiques ou du Quatuor pour la fin du Temps.

Tout autre est en apparence l’Alpensinfonie composée par Richard Strauss entre 1912 et 1915. Cette symphonie des Alpes s’attache à retracer en 22 parties les différentes étapes et moments d’une journée dans les Alpes bavaroises. Si ce qui est selon certains plus un poème symphonique qu’une symphonie reste très descriptive, il est à noter qu’en hommage à Nietzsche, Richard Strauss, alors âgé de 52 ans, avait songé dans un premier nommé cette « symphonie » L’Antéchrist. Cette référence au sulfureux philosophe allemand montre qu’au-delà du descriptif monumental de l’œuvre, Richard Strauss visait aussi une dimension spirituelle, de celle que peut justement inspirer la montagne à ceux qui l’aime et la pratique. Lui-même, ainsi que Michel Tabachnik, ont un véritable amour de la montagne, de celle qui dégage l’espèce de magie métaphysique et poétique, peu importe qu’on la raccorde à l’existence d’un dieu ou non.

Avec ce beau programme sont ainsi réunis tout à la fois le dépouillement d’un Messiaen et l’exubérance d’un Strauss, l’un et l’autre abordant la même « Montagne » par des voies différentes mais conduisant à une même émotion, celle partagée face au mystère de la création.

1) Antoine Goléa, Rencontres avec Olivier Messiaen, Paris, Juliard, 1961 2) Panorama de l’art musical contemporain, Paris, NRF, 1962.

2) Panorama de l’art musical contemporain, Paris, NRF, 1962.

Comments are closed.

This is an archived version of the website.

Sponsor Links:
Luxury Travel| Six Senses Travel| Six Senses Zighy Bay| Vietnam Travel| Morocco Travel| Park Hyatt | Peninsula| Automatic Label Applicator| 度身訂造 旅遊| 峴港 旅遊| 芽莊 旅遊| 北海道旅遊| 越南旅遊| 杜拜旅遊| 摩洛哥旅遊| 六善| Spread | Email Marketing 電郵推廣 | tomtop | andoer | LEMFO | anet a8 | Roborock S50| xiaomi m365 | MXQ PRO | Bugs 5W | isteady pro | hubsan h501s x4 | Anet A6 | dobby drone