Le Brussels Philarmonic à la Cité de la Musique à Paris

Office Tabachnik 15 février 2011 0
brussels philarmonic cité de la musique

Brussels Philarmonic, Cité de la Musique

Le vendredi 11 mars et le samedi 21 mai, Michel Tabachnik revient à la Cité de la Musique à Paris pour 2 concerts exceptionnels à la tête du Brussels Philharmonic, le premier autour de Luigi Nono et de Franz Liszt, le second sur le thème du chef d’oeuvre de Stanley Kubrick « 2001 : L’Odyssée de l’Espace »

VENDREDI 11 MARS A 20H00
Brussels Philharmonic
Michel Tabachnik, direction
Jean-Frédéric Neuburger, piano
Franz Liszt : Mazeppa, Concerto pour piano n°1
Luigi Nono : Musica-manifesto n°2 « Non consumiano Marx »
Luigi Nono : Variazioni canoniche sulla serie dell’Op.41 di Arnold Schönberg

La première oeuvre de Luigi Nono, en 1950, ce sont ses Variazioni canoniche. Le titre dit tout, notamment la rigueur à laquelle s’astreint le compositeur. Mais le canon est méconnaissable, le thème est en réalité une série et, surtout, le choix du modèle évoque déjà la dimension politique qui sera omniprésente chez Nono : l’Opus 41 de Schönberg, c’est l’Ode à Napoléon, qui transposait le poème De Lord Byron en une vigoureuse dénonciation de Hitler. Dans Musica-manifesto n° 2, Luigi Nono prolonge cette veine militante en citant des graffitis de mai 1968 et en dédiant son oeuvre pour bande magnétique à Carlos Franqui, l’un des poètes révolutionnaires cubains. Byron est aussi l’auteur d’un poème narratif d’après une légende populaire dont Liszt a également fait la trame de Mazeppa : le personnage éponyme expie son crime adultère en étant attaché nu au dos d’un cheval qui l’emporte jusque dans les steppes ukrainiennes, où il deviendra un héros de l’armée cosaque.

SAMEDI 21 MAI A 20H00
Brussels Philharmonic
Michel Tabachnik, direction
2001 : L’ODYSSEE DE L’ESPACE
György Ligeti : Atmosphères
Richard Strauss : Ainsi parlait Zarathoustra, poème symphonique op.30
Johann Strauss : Le Beau Danube Bleu
Aram Khatchaturian : Suite de Gayaneh

Pour réaliser 2001 : l’Odyssée de l’espace (1968), Stanley Kubrick avait soigneusement choisi les musiques utilisées lors du tournage. Et il a fini par les garder au montage, en renonçant à la partition fournie entre-temps par le compositeur Alex North. De fait, le poème symphonique Ainsi parlait Zarathoustra de Richard Strauss est devenu indissociable des vues sur les espaces interplanétaires, tandis que la valse du Beau Danube Bleu de Johann Strauss semble consubstantielle aux tournoiements dans l’apesanteur. Quant aux Atmosphères pour orchestre de György Ligeti, Kubrick les a réservées à l’écran noir du prologue ou de l’entracte. Ce concert – au cours duquel on ne verra pas le film – rend hommage, avec le cinéaste, aux purs pouvoirs de l’imaginaire sonore.

This is an archived version of the website.

Sponsor Links:
Luxury Travel| Six Senses Travel| Six Senses Zighy Bay| Vietnam Travel| Morocco Travel| Park Hyatt | Peninsula| Automatic Label Applicator| 度身訂造 旅遊| 峴港 旅遊| 芽莊 旅遊| 北海道旅遊| 越南旅遊| 杜拜旅遊| 摩洛哥旅遊| 六善| Spread | Email Marketing 電郵推廣 | tomtop | andoer | LEMFO | anet a8 | Roborock S50| xiaomi m365 | MXQ PRO | Bugs 5W | isteady pro | hubsan h501s x4 | Anet A6 | dobby drone